webleads-tracker


Fin de grève pour GM au Canada

Constructeurs

General Motors (GM) a trouvé dans la nuit de vendredi à samedi un accord de principe avec un syndicat pour mettre fin à une grève qui durait depuis le 17 septembre dans une de ses usines au Canada.

Le groupe "et nos partenaires de l'Unifor (le syndicat représentant les quelque 2.750 grévistes, NDLR) sont parvenus à une tentative d'accord (...). L'accord est maintenant soumis aux syndiqués pour ratification", a indiqué le constructeur automobile dans un communiqué.

L'Unifor a confirmé l'accord de principe conclu avec GM.

Les deux parties n'ont pas donné de détails sur ce compromis. Ce conflit social se déroule parallèlement aux négociations entre les gouvernements américain, canadien et mexicain pour la renégociation de l'Aléna, l'accord de libre-échange qui unit les trois pays depuis 1994.

Le groupe automobile américain avait annoncé en janvier la délocalisation au Mexique de la production du véhicule 4x4 urbain Terrain, assemblé dans l'usine d'Ingersoll, en Ontario (centre), avec la suppression de 625 emplois.

En remplacement, GM a investi depuis 2015 environ 800 millions de dollars canadiens (540 millions d'euros) pour la modernisation de la chaîne d'assemblage de l'usine afin d'y fabriquer la nouvelle Chevrolet Equinox, également produite au Mexique.

L'Unifor et les salariés dénonçaient cette décision de produire au Mexique, motivée, selon eux, par le fait que la main d'oeuvre y est moins chère.

Les deux parties étaient dans l'impasse, ce qui menaçait la production de l'Equinox, un des plus récents modèles de la gamme de GM, qui s'est hissé à la deuxième position des ventes de sa sous-marque Chevrolet.

Ce conflit social était le plus long mouvement de grève dans une usine de GM depuis celle qui avait touché le site de Flint aux États-Unis en 1998.

str-lo/er

© 2017AFP