webleads-tracker


Etat français et Renault: Nissan muet sur la date de son conseil d'administration

Constructeurs

Le constructeur d'automobiles japonais Nissan gardait mardi le silence au lendemain des déclarations de son PDG, Carlos Ghosn, annonçant un conseil d'administration "cette semaine" pour aborder la récente décision de l'Etat français de monter dans le capital de son partenaire Renault.

"Nous ne pouvons rien dire de plus", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la firme de Yokohama (banlieue de Tokyo), refusant de dévoiler la date de cette réunion.

"Le conseil d'administration de Nissan se réunira cette semaine et analysera la situation", avait fait savoir lundi M. Ghosn, lors d'une conférence de presse au salon de l'automobile de Shanghai (Chine).

Le dirigeant du duo franco-japonais avait déjà convoqué la semaine dernière un conseil d'administration chez Renault pour examiner "l'évolution de la composition de l'actionnariat et ses conséquences sur l'alliance" avec Nissan.

Le gouvernement français a en effet décidé d'acquérir 4,73% supplémentaires du capital du groupe au Losange, portant sa part à 19,7% et ses droits de vote exerçables à 23,2%, un niveau susceptible de lui apporter une minorité de blocage lors de l'assemblée générale du 30 avril.

Son objectif: empêcher le vote d'une résolution hostile à l'application au sein de l'entreprise de la "loi Florange", un dispositif visant les spéculateurs et qui garantit des droits de vote doubles aux détenteurs d'actions depuis plus de deux ans.

Cet acte d'autorité n'a visiblement pas plu à Carlos Ghosn, désireux de maintenir l'équilibre entre les deux principaux actionnaires de Renault, l'Etat français et Nissan qui en détient 15% (quand Renault contrôle 44% du capital du constructeur nippon).

L'un des scénarios possibles d'une riposte serait une réactivation des droits de vote de Nissan chez Renault, via une baisse de la participation de Renault au capital du groupe japonais sous la barre des 40%, à travers une cession d'actions ou une augmentation de capital.

bur-anb/kap/tll

© 2015AFP