webleads-tracker


Dieselgate : VW versera 79 M€ aux clients australiens

Constructeurs

Volkswagen a accepté de verser 127 millions de dollars australiens (79 millions d'euros) pour régler des procédures judiciaires collectives ("class action") d'automobilistes australiens dans le scandale des moteurs diesel truqués, ont annoncé lundi les avocats des deux camps.

Voir toutes les infos concernant l'affaire VW

Le géant allemand, qui possède de nombreuses marques comme Audi ou Skoda, avait avoué en 2015 avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel d'un logiciel les faisant apparaitre moins polluantes lors des tests en laboratoire qu'en réalité.

Les propriétaires d'environ 100.000 voitures australiennes pourront demander des dédommagements à Volkswagen en vertu de cet accord de principe, que le constructeur allemand a accepté sans admettre sa responsabilité. La transaction doit encore être approuvée par le tribunal fédéral.

"C'est une étape importante pour rendre justice et réparation à des milliers d'automobilistes australiens qui disaient avoir été financièrement lésés par l'affaire des émissions diesel", a déclaré Julian Schimmel, du cabinet d'avocats Maurice Blackburn qui a porté une des "class actions".

Il est apparu en 2015 que plus de 97.000 véhicules Volkswagen en Australie étaient dotés d'un logiciel faussant le résultat des tests anti-pollution et dissimulant des émissions dépassant jusqu'à 40 fois les normes autorisées.

Le groupe a déclaré dans un communiqué qu'il voyait ces accords comme "une étape de plus vers le règlement de la question du diesel".

Volkswagen est aussi l'objet de poursuites lancées par la Commission australienne de la concurrence et de la consommation (ACCC), le régulateur australien, qui lui reproche des manquements passibles de millions de dollars d'amende.

Aux Etats-Unis, la justice a approuvé en mai 2017 un plan d'indemnisation pour quelque 600.000 clients du constructeur, portant à plus de 22 milliards de dollars (18 milliards d'euros) le montant dépensé pour satisfaire autorités, clients et concessionnaires mécontents.

hr-dm/jac/cn

© 2019AFP