webleads-tracker


Diesel: réplique d'Anne Hidalgo à Tavares

Constructeurs

La maire PS de Paris, Anne Hidalgo a vivement répliqué au patron de PSA, mardi dans un communiqué, au sujet de la limitation du diesel dans la capitale, l'accusant de s'accrocher "à un marché voué à disparaître".

Carlos Tavares, qui défend le diesel comme solution à moyen terme pour lutter contre le réchauffement a déclaré lundi en marge du salon automobile de Shanghai (Chine) que la maire de Paris "a envie de se débarrasser des voitures à Paris".

Qualifiant les propos de M. Tavares d'"attaques" contre le Plan de lutte contre la pollution mise en oeuvre par Paris, Mme Hidalgo encourage le constructeur "à faire le choix de l'avenir" assurant que "l'avenir de l'industrie automobile repose sur les véhicules propres "

"Je le dis à Carlos Tavares : quel dirigeant voulez-vous être ? Celui qui persiste dans un modèle obsolète ou celui qui développe les véhicules de demain ? Celui qui s'accroche à un marché voué à disparaître, ou celui qui conquiert ceux en devenir, créateurs de richesses et d'emplois ?", lance-t-elle.

"Développer des véhicules respectueux de l'environnement et protecteurs de la santé des citoyens est non seulement nécessaire, mais aussi dans l'intérêt des industriels" ajoute-t-elle.

"Beaucoup l'ont déjà compris, à l'image du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), qui a salué ce plan" de lutte contre la pollution, martelle-t-elle.

"Je ne doute pas que Carlos Tavares finira par faire le bon choix ", conclut-elle.

Pour Anne Hidalgo "le parc automobile français, l'un des plus diésélisés au monde, est l'un des principaux émetteurs de particules fines, pour partie déclarées "cancérogènes certains" par l'OMS".

Mme Hidalgo "nous dit qu'elle voudrait se débarrasser de l'énergie fossile, mais je pense que le vrai problème, c'est qu'elle a envie de se débarrasser des voitures à Paris (...) Moi, je n'ai rien contre, mais il suffit de nous afficher clairement la couleur", avait déclaré lundi le patron de PSA a Shanghai.

"Si on veut véritablement traiter la problématique du réchauffement climatique, la seule bêtise à ne pas faire c'est de tuer le diesel maintenant", avait-il ajouté.

szb/frd/els/

© 2015AFP