webleads-tracker


DGCCRF & VO (suite): l'ACA pas étonnée

VO

Une enquête de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) livre un constat accablant sur les pratiques des commerces d'automobiles d'occasion. Un constat qui n'étonne pas l'ACA mobilisée sur ce sujet délicat.

« La fraude au kilométrage est une arnaque du quotidien » souligne Didier Bollecker, Président de l'ACA.

  • En Europe, la fraude au compteur touche 5 à 12 % des ventes de véhicules d'occasion, avec un impact économique annuel de 5,6 à 9,6 milliards d'euros (dépréciation et coûts additionnels d'entretien et réparations)
  • La fraude atteindrait 30 % pour les ventes transfrontalières
  • La falsification moyenne au compteur est de 30 000 à 60 000 km selon le marché intérieur / import
  • En France, la fraude concernerait entre 280 000 et 625 000 véhicules pour un coût estimé entre 488 millions et 1 milliard d'euros 

« Rajeunir un compteur kilométrique, est une  fraude facile, pas chère et souvent indécelable. Les données des compteurs kilométriques sont devenues plus accessibles avec l'interface OBD (diagnostic embarqué). Les dispositifs pour trafiquer un compteur kilométrique peuvent s'acheter sur Internet pour moins de 150€. » explique Didier Bollecker.
 
L'ACA rappelle les conséquences lourdes pour le consommateur :

  • Situation de concurrence déloyale perturbant le marché de l'occasion
  • Augmentation artificielle et frauduleuse de la valeur du véhicule pour l'acheteur et un gain moyen pour le fraudeur entre 3 000 et 4000 euros
  • Dépréciation du véhicule, risque aggravé de pannes, frais d'entretien plus élevés
  • Entretien non conforme aux préconisations du constructeur avec impact sur la sécurité routière 

Pour lutter contre ce fléau, l'ACA demande :

  • La protection du compteur par les constructeurs pour rendre la falsification techniquement impossible.
  • Le renforcement et l'harmonisation de la législation à l'échelle européenne
  • Un système d'échange de données à l'échelle européenne 

« La voiture est un outil de mobilité indispensable. Des précautions s'imposent pour faire un bon achat ou faire le (bon) choix d'y renoncer ! En plus de son action institutionnelle, le rôle de l'ACA est aussi de sensibiliser le consommateur et de le seconder pour prévenir le litige, par les conseils de ses juristes spécialisés et l'aide d'experts automobiles. » conclut Didier Bollecker.
 

A propos de l'Automobile Club Association (ACA)
L'Automobile Club Association est une organisation apolitique, regroupant plus de 860 000 membres cotisants en France, membre de la Fédération Internationale de l'Automobile et présidée par Didier BOLLECKER. Elle est représentée en région par les Présidents Délégués de l'ACA, ainsi que par les Clubs affiliés, qui portent ensemble le message de L'Automobile Club Association, représentante légitime des usagers de la route dont elle défend les intérêts, tout en cherchant à accroitre les bénéfices sociétaux que peuvent apporter une meilleure sécurité routière, une meilleure protection du consommateur, une meilleure protection de l'environnement et la promotion d'une mobilité durable pour tous.
Plus d'informations sur www.automobile-club.org