webleads-tracker


Création d'un groupe industriel de recyclage des pneus soutenu par Michelin

Equipementiers

L'entreprise de recyclage suédoise Scandinavian Enviro Systems et la société d'investissement française Antin ont annoncé mercredi la création d'une société de recyclage des pneumatiques, "point de départ d'une industrialisation" de la filière, qui approvisionnera Michelin en matières recyclées.

L'objectif de ce groupe est de bâtir plusieurs usines en Europe, avec une capacité de recyclage allant "jusqu'à un million de tonnes de pneus en fin de vie par an d'ici 2030", soit un tiers de la quantité annuelle de pneus usagés sur le continent.

Cela représenterait, selon le communiqué, "une réduction des émissions de dioxyde de carbone estimée à 670.000 tonnes".

Spécialiste du "développement d'infrastructures durables", Antin doit financer l'investissement initial et être actionnaire majoritaire du groupe. La participation du suédois Enviro doit s'élever à 30%.

"Nous avons trouvé en Antin et Michelin les partenaires idéaux pour accélérer ensemble notre expansion (...) afin de contribuer à la transition de l'industrie du pneumatique en la rendant circulaire", a salué son président Alf Blomqvist, cité dans le communiqué.

Des filières de recyclage des pneus existent déjà mais, pour Michelin, la création de cette entreprise "est le point de départ d'une industrialisation", a expliqué le groupe à l'AFP.

Basée à Uddevalla en Suède, la première usine devrait être opérationnelle "d'ici 2025". Elle devrait avoir une capacité initiale de recyclage "équivalente à 34.500 tonnes de pneus usagés, soit 40% du volume annuel de pneus en fin de vie en Suède".

Sa construction, encore "soumise à une décision d'investissement finale", devrait démarrer au deuxième trimestre. Michelin "prévoit de s'associer à cette co-entreprise au fur et à mesure de la construction des usines".

Dans le détail, Enviro doit récupérer des pneus en fin de vie et les recycler grâce à sa technologie brevetée. Elle consiste à extraire et à régénérer du noir de carbone, qui renforce la résistance du caoutchouc, ainsi que des huiles de pyrolyse.

Michelin, premier actionnaire d'Enviro, prévoit d'acheter ces deux composants recyclés à ce nouvel industriel et de les utiliser pour fabriquer de nouveaux pneus.

"En remplaçant le noir de carbone vierge par celui recyclé par Enviro, il est possible de réduire de plus de 90% les émissions liées à l'utilisation de noir de carbone conventionnel", souligne le groupe suédois.

En Europe, "le volume de pneus en fin de vie mis au rebut chaque année a augmenté de manière constante pour atteindre 3,5 millions de tonnes par an", selon les entreprises.

cla/ktr/elm

© 2023AFP