webleads-tracker


Contrôle Technique : pas de déferlement de contre-visites (CNPA)

Services

Trois semaines après l’entrée en vigueur de l’évolution du contrôle technique réglementaire, de premiers chiffres ont été diffusés.

Le 21 mai 2018, premier jour d’entrée en vigueur de la réforme, on constatait un taux de contre-visite de 24,4% pour défaillance majeure et 3,2% pour défaillance critique, le fameux niveau de criticité qui a provoqué beaucoup d’inquiétude chez les automobilistes.

Depuis, ces chiffres se sont stabilisés autour de 22% de taux de contre-visite en moyenne dont 1,5% pour défaillance critique.

Par exemple, le 9 juin dernier, le taux de contre-visite s’élevait à 20,3% pour défaillance majeure et 1,4% pour défaillance critique.

A titre de comparaison, le taux moyen de contre-visite sur l’année 2017 était de 18,56% pour les véhicules légers.

 

Ces chiffres sont donc très éloignés des prévisions alarmistes annoncées par certains avant l’évolution du contrôle technique. Des communications sur des taux de contre-visite atteignant 40% ont contribué à alimenter la panique des automobilistes ; panique qui s’était traduite par un engorgement des centres et une fréquentation en hausse de 61% sur le mois d’avril 2018.

Les premiers chiffres du ministère montrent que si le véhicule est bien entretenu, le contrôle technique ne pose pas de difficultés. Il est un acte réglementaire essentiel pour garantir des routes plus sûres, pour tous.

 

> À propos du CNPA

Le Conseil National des Professions de l’Automobile représente la 5ème branche économique de France avec 140 000 entreprises de proximité et 400 000 emplois non délocalisables. Le CNPA défend l’intérêt général des services de l’automobile en animant une dynamique de filière et en développant une approche prospective sur des thèmes communs à tous les métiers de la mobilité tels que l’activité économique, l’emploi, les nouvelles technologies, le développement durable ou encore l’économie circulaire.