webleads-tracker


Commerce: ce que l'on sait (ou pas) des négociations entre Washington et Pékin

Services

Washington et Pékin se sont donné jusqu'au 1er mars pour négocier un accord commercial faute de quoi le conflit entre les deux puissances repartira de plus bel. Mais que sait-on exactement de ces discussions?

Les objectifs

Pour Washington, Pékin doit réduire le déficit commercial des Etats-Unis, en ouvrant davantage son marché aux produits américains et en mettant fin aux subventions de ses entreprises.

L'administration Trump entend obtenir des "changements structurels" dans leurs relations commerciales, c'est-à-dire faire cesser des pratiques qu'elle juge "déloyales" comme le transfert "forcé" de technologies et le "vol" de la propriété intellectuelle.

 

Echéance

Donald Trump a accepté de retarder de 90 jours l'augmentation de taxes douanières sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises importées. Ces dernières sont déjà sujettes à des tarifs douaniers de 10%. La Maison Blanche menace de porter ces taxes à 25%.

Le décompte a commencé le 1er décembre, jour de l'annonce de la trêve, et s'achève le 1er mars.

Vendredi, l'hôte de la Maison Blanche a estimé qu'un "grand accord" pourrait être signé "plutôt rapidement" en raison, selon lui, du ralentissement de l'économie chinoise, affaiblie par la guerre commerciale.

 

Automobile

Premier signe concret de la trêve dans la guerre commerciale: la Chine a annoncé vendredi qu'elle suspendrait le 1er janvier, pour trois mois, les surtaxes douanières imposées aux voitures et pièces automobiles importées des États-Unis.

La Chine avait fait passer l'été dernier de 15% à 40% les droits de douane sur les automobiles et les pièces détachées "made in USA", en rétorsion à l'application par Washington de surtaxes douanières à l'encontre de produits chinois importés aux États-Unis.

 

Soja

Le président américain a indiqué que Pékin allait réduire les taxes douanières sur ses importations de soja américain, très affectées par la guerre commerciale. La Chine est le principal débouché pour les producteurs de soja américain (utilisé pour nourrir les porcs) qui ont vu leurs exportations chuter ces derniers mois.

Mais, le ministère américain de l'Agriculture (USDA) a annoncé jeudi la reprise des ventes avec le géant asiatique, qui vient d'acheter 1,13 million de tonnes de soja.

 

En cas d'échec

Si les deux pays ne parviennent pas à un accord d'ici le 1er mars, les droits de douane de 10% portant sur 200 milliards de dollars de biens seront portés à 25% et la guerre commerciale repartira de plus belle, a averti la présidence américaine.

Quelque 50 milliards de dollars d'importations chinoises sont par ailleurs déjà taxées à 25% sans compter des droits supplémentaires sur des importations d'acier et d'aluminium chinois (respectivement 25% et 10%).

Donald Trump a aussi menacé de taxer 267 milliards de dollars d'importations supplémentaires, ce qui reviendrait à taxer la totalité des importations chinoises.

 

Ni chiffre, ni calendrier

Pour l'heure, les négociateurs n'ont pas fait état d'un calendrier précis des discussions. Ils n'ont pas non plus fait savoir où celles-ci allaient se dérouler.

"Les deux gouvernements sont en contact étroit, la Chine est ouverte à la venue d'une équipe américaine en Chine pour les négociations, et a une attitude ouverte quant à se rendre aux États-Unis pour des discussions", a néanmoins assuré le porte-parole du ministère du Commerce, Gao Feng.

Les deux pays n'ont pas non plus avancé d'objectifs chiffrés.

Au printemps, Donald Trump avait mis sur la table une réduction du déficit américain de 200 milliards de dollars, ce qui avait été refusé par les négociateurs chinois et avait entraîné la guerre commerciale.

L'an passé, les Etats-Unis ont enregistré un déficit commercial avec Pékin de plus de 375 milliards de dollars (pour les marchandises seulement).

© 2018AFP