webleads-tracker


Brexit: l’hémorragie se poursuit dans l'automobile

Constructeurs, Equipementiers

Les annonces de fermetures d'usines ou relocalisations d'entreprises se multiplient depuis plusieurs mois au Royaume-Uni, souvent en lien avec le climat d'incertitude créé par le Brexit.

Le constructeur automobile japonais Honda a annoncé mardi la fermeture de son usine de Swindon (sud-ouest) en 2022, menaçant 3.500 emplois, sans toutefois faire le lien direct avec le Brexit.

Son concurrent japonais Nissan a décidé début février d'abandonner son projet d'assembler un nouveau crossover dans le nord-est de l'Angleterre, en raison de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. 741 emplois auraient dû y être créés.

Toujours dans l'automobile, Jaguar Land Rover a annoncé début janvier la suppression de 4.500 emplois, soit plus de 10% de ses effectifs majoritairement employés en Grande-Bretagne, face à une activité déprimée par le diesel, la Chine et les incertitudes sur le Brexit.

L'équipementier automobile allemand Schaeffler a décidé en novembre 2018 la fermeture de deux de ses usines au Royaume-Uni, évoquant entre autres le Brexit. 500 emplois sont menacés.

ber/alc/jbo/lch

© 2019AFP