webleads-tracker


Brésil: la grève des routiers fait chuter la production industrielle de 11%

Pétroliers

La production industrielle du Brésil a reculé de 10,9% en mai par rapport à avril à cause de la grève des transporteurs routiers qui avait paralysé le pays au cours des dix derniers jours de mai, d'après les chiffres officiels rendus publics mercredi.

Cet effondrement est inférieur à la prévision moyenne de baisse de 14% établie sur la base d'une trentaine d'institutions financières et analystes consultés par le quotidien économique Valor.

Il s'agit néanmoins du pire recul depuis décembre 2008 (-11,2%), lors de la crise économique et financière mondiale.

Le secteur automobile, dont la production était totalement à l'arrêt dès le cinquième jour de grève, est le plus touché, avec une chute de 29,8%.

La production de produits alimentaires a également fortement reculé, à 17,1%.

Au total, 24 des 26 secteurs analysés par l'Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE), ont enregistré une baisse de production en mai par rapport à avril.

Les seuls augmentations ont été observées pour la production de dérivés du pétrole et biocarburants (6,3%) et le secteur extractif (2%).

La comparaison avec mai 2017 accuse une chute de 6,6%, le pire recul sur un an depuis octobre 2016 (-7,3%).

Sur les cinq premiers mois de l'année, la production industrielle a augmenté de 2% par rapport à 2017, mais la comparaison sur la période janvier-avril faisait état d'une hausse de 4,5%.

La hausse cumulée sur un an s'élève à 3%, contre 3,9% en avril.

Les analystes consultés lors de la dernière enquête hebdomadaire Focus de la Banque centrale (BCB) ont révisé à la baisse leurs prévisions pour la production industrielle en 2018, à 3,17%, contre 3,80% il y a un mois.

La grève des transporteurs routiers qui protestaient contre la hausse des prix du gazole a accentué les prévisions pessimistes quant à la reprise déjà timide de la première économie d'Amérique Latine, qui a connu une récession historique en 2015 et 2016.

La Banque centrale a notamment abaissé la semaine dernière de 2,6 à 1,6% sa prévision de croissance pour 2018.

© 2018AFP