webleads-tracker


Bosch, en recul de 2,7% en France, défend le diesel propre

Equipementiers

Le groupe industriel Bosch table sur une légère hausse de son chiffre d'affaires en France en 2019, après une année 2018 en repli de 2,7%, et prévoit d'y maintenir un niveau d'investissements de 60 millions d'euros pour notamment moderniser ses sites de production. Bosch prévoit d’atteindre la neutralité carbone sur ses 400 sites dans le monde dès 2020. Bosch poursuit sa transformation digitale dans la mobilité du futur, la ville intelligente, la maison et l’agriculture connectées.

Voir toutes les infos concernant l'affaire VW

Les ventes se sont élevées à 3,1 milliards d'euros en France l'année dernière, a annoncé mardi le groupe. "On voit une dynamique, qui pourrait être encore plus grande sans le problème du diesel", a dit à l'AFP le président de Bosch France-Benelux, Heiko Carrie.

"Le diesel moderne n'a rien à voir avec l'ancien", a fait valoir M. Carrie.

La "pollution" des moteurs diesel actuels est "de moins en moins importante, voire négligeable", a affirmé M. Carrie, qui a rappelé qu'en termes de CO2, le diesel fait "mieux que l'essence".

"Si on arrête maintenant l'amélioration des (moteurs) diesel, on perd une technologie où l'on est champions en Europe", a déclaré M. Carrie. Il a rappelé que selon les prévisions de Bosch, en 2030, 75% des voitures auront encore un moteur thermique.

Le déclin des moteurs diesel, dans la foulée du "dieselgate" à Volkswagen en 2015, affaire qui a valu à Bosch 90 millions d'euros d'amende en Allemagne fin mai, est notamment à l'origine des difficultés de l'usine de Rodez (Aveyron) du groupe, qui était dédiée à cette technologie.

En 2018, Bosch avait estimé que 600 emplois étaient potentiellement menacés sur ce site.

Sur ce nombre, 300 postes ont été maintenus sur une ligne de fabrication d'injecteurs de dernière génération, avec à la clé un investissement de 14 millions d'euros.

Les 300 autres doivent être préservés par la diversification des activités, notamment dans l'aéronautique et l'horlogerie et la réaffectation à Rodez de la fabrication de barres de torsion.

Le groupe y a aussi implanté une équipe dédiée à des solutions d'industrie du futur, en coopération avec sa filiale Rexroth.

Plus largement, l'année 2018 a enregistré une "solide performance" dans le pôle mobilité (automobile) grâce au secteur des pièces de rechange et aux systèmes d'aide à la conduite, a dit M. Carrie.

Il a aussi évoqué une "piste prometteuse" au centre de recherche et développement de Sophia Antipolis qui développe des algorithmes pour des caméras embarquées.

Bosch emploie en France plus de 7.300 personnes sur 29 sites, dont 10 centres de R&D.

Le groupe non coté en Bourse a enregistré en 2018 un chiffre d'affaires total en hausse de 0,5% à 78,5 milliards d'euros, pour un résultat opérationnel de 5,5 milliards.

sbo/tq/LyS

© 2019AFP