webleads-tracker


BMW et Daimler fusionnent leurs services de mobilité

Constructeurs

Les constructeurs allemands Daimler et BMW ont annoncé mercredi la réunion de leurs offres d'autopartage et d'autres formes de mobilité urbaine dans une société commune, visant une position de leader sur ce marché en plein essor.

"BMW et Daimler s'associent pour offrir à leurs clients des services de mobilité urbaine durable sous un même toit", indiquent les deux entreprises dans un communiqué commun, qui ne mentionne pas de données financières chiffrées sur l'opération.

L'objectif de cette transaction est de devenir un des "principaux fournisseurs de services de mobilité innovants", expliquent-ils.

Les deux groupes, tout en se livrant une âpre concurrence dans le secteur automobile de haut de gamme, ont signé mercredi un accord commercial qui comporte plusieurs volets.

Dans l'autopartage, Daimler avec sa marque Car2Go et BMW avec DriveNow détiennent à ce jour une flotte de 20.000 véhicules opérant dans 31 villes et utilisée par plus de 4 millions de clients.

L'offre commune va aussi concerner plusieurs plate-formes mobiles pour la commande de taxis - mytaxi, Chauffeur Privé, Clever Taxi - en regroupant 140.000 chauffeurs et 13 millions d'utilisateurs.

Sont encore combinées des plate-formes pour localiser et payer en ligne des places de parking, de même pour les stations de chargement de voitures électriques.

"En tant que pionniers de la construction automobile, nous ne laisserons pas le champ libre à d'autres en ce qui concerne la mobilité urbaine du futur", a déclaré Dieter Zetsche, président du directoire de Daimler, cité dans un communiqué.

Les deux entreprises vont détenir chacune 50% des parts de la future société commune. Le quotidien Handelsblatt a évoqué une valorisation de l'ensemble de l'ordre du milliard d'euros, ce que BMW n'a pas confirmé officiellement à l'AFP.

BMW avait payé fin janvier plus de 200 millions d'euros pour racheter les 50% du loueur de voitures Sixt dans DriveNow, valorisant cette marque seule à plus de 400 millions d'euros.

Si les autorités de régulation valident la transaction cette année, elle aura un effet comptable positif sur les résultats de BMW et Daimler, ont indiqué chacun des groupes.

jpl/alf/cj

© 2018AFP