webleads-tracker


Batteries: pour former les salariés, l'État signe un partenariat avec EIT InnoEnergy

Equipementiers

Le gouvernement a signé mardi un partenariat avec l'incubateur européen EIT InnoEnergy afin de "former des dizaines de milliers de salariés dans le secteur des batteries électriques", avec le lancement "dès le 1er septembre" en France de l'"académie européenne de la batterie".

Les deux partenaires veulent "accélérer la formation des salariés aux nouveaux métiers liés à l'essor de la filière industrielle de la batterie électrique", explique dans son communiqué EIT InnoEnergy, organisme soutenu par l'Union européenne qui investit dans des entreprises liées à la transition énergétique.

EIT InnoEnergy "anime depuis sa création l'Alliance européenne de la batterie", domaine pour lequel il a "développé une plateforme de services de formations" pour l'industrie et "couvrant toute la chaîne de valeur des batteries, des matières premières aux applications et recyclage". Cette "académie européenne de la batterie" a pour objectif de "répondre (au) besoin urgent de compétences nouvelles", souligne l'organisme.

Avec le lancement de cette structure en France, les salariés pourront bénéficier d'une "aide au financement de formations" pour "le secteur de la batterie et de l'électromobilité", indique EIT InnoEnergy, qui ambitionne de "former 150.000 travailleurs d'ici 2025" dans l'Hexagone.

"Constamment mise à jour et enrichie grâce aux retours des entreprises", cette plateforme dispose actuellement de "plus de 30 modules de formation conçus par et pour l'industrie", précise l'organisme.

Citée dans le communiqué, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, qualifie ce partenariat d'"engagement fort de l'État pour aider les salariés et les entreprises de la filière des batteries à faire évoluer leurs compétences", alors que "la transition énergétique entraîne de profondes mutations technologiques".

Ce partenariat est signé plus d'une semaine après l'officialisation de l'implantation d'une méga-usine sino-japonaise de batteries sur le site du constructeur automobile français Renault, près de Douai (Nord). Cette future giga-usine est la seconde annoncée en France, après celle de Stellantis et TotalEnergies à Douvrin (Nord).

Créé en 2010, EIT InnoEnergy est soutenu par l'Institut européen d'innovation et de technologie (EIT).

er/lum/clp/

© 2021AFP