webleads-tracker


Avtovaz (Renault-Nissan) reprend l'activité mais va ralentir

Constructeurs

L'usine du constructeur automobile russe Avtovaz, contrôlé par l'alliance Renault-Nissan, a repris son activité lundi après plusieurs interruptions dues à la pandémie de nouveau coronavirus mais va ralentir la production face à la baisse de la demande.

"Des mesures sanitaires complètes ont été mises en place" pour cette reprise, a indiqué à l'AFP Avtovaz, précisant que des masques de protection et du gel antiseptique avaient été mis à disposition des employés et que les horaires de travail avaient été adaptés pour éviter les attroupements.

Sauf rebond des ventes, l'usine va par ailleurs introduire la semaine de quatre jours de fin juin jusqu'à la fin de l'année 2020, pour affronter la forte baisse de la demande provoquée par la crise économique.

L'usine - qui emploie près de 35.000 personnes et où sont produites les Lada, numéro un du marché russe - avait d'abord été fermée du 30 mars au 3 avril pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus.

Fin mars, une trentaine d'employés de l'usine avaient été mis en quarantaine. A ce jour, le groupe indique qu'onze de ses employés ont été testés positifs.

L'usine avait été ensuite autorisée à rouvrir par les autorités régionales, avant de s'arrêter une nouvelle fois le 29 avril face à la chute drastique de la demande, l'usine précisant qu'il y a eu également des arrêts dus à des jours fériés et à des "vacances d'entreprise".

Les ventes de voitures neuves en Russie ont connu un effondrement historique de 72,4% sur un an en avril, mois que le pays a passé en confinement face à la pandémie.

En avril, Avtovaz n'a ainsi vendu qu'un peu plus de 10.000 voitures, soit trois fois moins que l'an dernier.

Lors de la reprise précédente, de nombreux employés de l'usine s'étaient plaints sur les réseaux sociaux de baisses de salaires, de moyens de protection sanitaire de mauvaise qualité ou encore de bus bondés pour transporter les travailleurs.

Interrogé par l'AFP, Avtovaz a déclaré qu'il n'y a eu ni licenciements ni réductions de salaires.

apo/mp/pcm

© 2020AFP