webleads-tracker


AkzoNobel et Axalta: une fusion à 30 milliards de dollars

Equipementiers

Le spécialiste néerlandais de la peinture AkzoNobel a annoncé lundi être en négociations pour fusionner avec son rival américain Axalta et donner naissance à un leader mondial pesant environ 30 milliards de dollars.

"En réponse à des spéculations de marché, AkzoNobel confirme aujourd'hui être actuellement dans des discussions constructives concernant une fusion de AkzoNobel Paints & Coatings avec Axalta", écrit-il dans un communiqué.

"Cela va créer un groupe leader dans la peinture et le revêtement par l'intermédiaire d'une fusion entre égaux", ajoute le néerlandais qui avait repoussé à trois reprises les offres de rachat de l'américain PPG.

Selon l'agence Bloomberg News, Axalta est le numéro un mondial de la peinture destinée à l'industrie automobile et la "valeur de marché" des deux entreprises combinées atteint environ "30 milliards de dollars".

Le néerlandais emploie quelque 46.000 personnes tandis qu'Axalta, basé à Phildelphie, compte 13.000 salariés.

Mi-octobre, AkzoNobel avait annoncé le lancement d'un plan de transformation destiné à créer une organisation regroupant les activités de peinture et revêtements industriels, qui devrait permettre des économies de 110 millions d'euros en 2018.

Le néerlandais avait également indiqué que "le coup d'envoi du processus de séparation" de sa division "Chimie de spécialité" interviendrait "dans les semaines à venir" pour s'achever d'ici avril prochain. Cette division avait été valorisée quelques mois plus tôt dans une fourchette de 8 à 12 milliards.

AkzoNobel s'était engagé à reverser "la grande majorité" du produit net généré par cette opération à ses actionnaires, soit un montant total de 1,6 milliard d'euros en 2017 via un dividende exceptionnel de 1 milliard et une augmentation de 50% du dividende ordinaire.

La pression reste élevée pour le groupe néerlandais, cible d'une bataille judiciaire brève mais acharnée enclenchée par le fonds activiste américain Elliott à la suite du rejet en mai de la troisième offre de PPG, valorisant l'entreprise à 24,6 milliards d'euros.

jkb/spm/spi/mml

© 2017AFP