webleads-tracker


Accusation de cartel par l'UE: BMW met 1 mrd eur de côté

Constructeurs

BMW prévoit une provision de "certainement plus d'un milliard d'euros" en raison de risques juridiques liés aux accusations de cartel publiées par l'Union européenne, a annoncé le constructeur automobile allemand vendredi.

Tous les articles sur le cartel des constructeurs allemands

BMW, accusé avec Volkswagen et Daimler de s'être entendus pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions polluantes, a indiqué que cela devrait amputer la marge de sa branche auto de "1 à 1,5 point de pourcentage" en 2019.

Jusque là, BMW attendait une marge comprise entre 6 et 8% pour l'année en cours, alors qu'elle était de 7,2% en 2018.

L'exécutif européen a accusé les trois entreprises d'avoir participé à des réunions pour s'entendre en secret afin d'éviter toute concurrence sur le développement et le déploiement de technologies permettant de limiter les émissions nocives des gaz d'échappement des voitures.

Maintenant qu'ils ont reçu ces "griefs", les constructeurs doivent répondre à la Commission, pour éviter l'amende pouvant atteindre 10% de leur chiffre d'affaires annuel mondial qu'elle pourrait leur infliger.

Mais BMW "déduit de la liste de reproches, que la Commission européenne imposera très probablement une amende d'un montant significatif".

Ceci oblige BMW à inscrire à son bilan une provision "après examen des griefs", a expliqué le groupe dans un communiqué, précisant cependant vouloir "combattre si nécessaire les accusations avec tous les moyens" à sa disposition.

Pour 2019, le constructeur continue de s'attendre à un "net recul" -- soit au moins 10% de baisse -- de son bénéfice avant impôts, déjà en baisse de 8,1% en 2018.

Bruxelles peut infliger de lourdes amendes aux entreprises qui s'entendent entre elles au détriment de la concurrence et des consommateurs, le record ayant été atteint le 19 juillet 2016: l'UE avait alors imposé une amende de 2,93 milliards d'euros à quatre fabricants européens de camion.

ys/tht/enviro

© 2019AFP