webleads-tracker


67% des entreprises artisanales de l’automobile contraintes de fermer (FNA)

Services

Aux termes d’une une enquête menée auprès des artisans de l’automobile ce 19 mars 2020, la FNA a recensé des informations « terrain » permettant de mesurer l’impact de la crise sanitaire du Covid-19 sur ces entreprises. 1090 réponses à un questionnaire détaillé ont été récoltées et exploitées pour donner une image au plus près de la réalité de ces TPE. La FNA revient sur ces chiffres édifiants.

1) Les artisans du secteur automobile durement touchés 

L’enquête nous révèle en premier lieu que 67% des entreprises autorisées à ouvrir ont été pourtant contraintes de fermer totalement. 68% de ces fermetures résultent d’une quasi-absence de clients ou pour non-disponibilité des pièces de rechange nécessaires à la réparation.

33% des entreprises ont maintenu leur offre de services en totalité ou en partie, même si leur chiffre d’affaires a fondu. Parmi celles-ci, 20% ont conservé une partie de leurs activités sur site, 7% sont ouverts à 100% et 6% n’ont pu maintenir qu’un service d’urgence.

Les artisans de l’automobile souffrent de cette crise sanitaire, c’est indéniable. 

En moyenne, le secteur a subi une perte de chiffre d’affaires de 79,9%. En corolaire, un chiffre retient particulièrement notre intention : 74% des salariés du secteur sont au chômage partiel.

La question de l’indemnisation du chômage partiel est par conséquent cruciale et tous attendent que l’Etat respecte ses engagements (« protéger nos entreprises quoi qu’il en coute » propos d’Emmanuel Macron du 12 mars 2020).

 

2) Les professionnels restent mobilisés pour assurer des services d'urgence

Les artisans sont mobilisés pour assurer les services d’urgence au bon fonctionnement des services essentiels de la nation.

Voici un point sur les chiffres selon les métiers :
 

  • Réparation automobile : 42% ont maintenu leur activité. Parmi ces entreprises 20% ne tiennent qu’un service d’urgence sous forme d’astreinte ; 16% ont conservé une partie de leurs activités sur site et 6% toutes leurs activités sur site
     
  • Dépannage-remorquage : 31% maintiennent une partie de leur activité, quand 37 % mettent en place une astreinte pour le service d’urgence (au total, 68 % des professionnels sont disponibles pour répondre aux besoins de la nation).
     
  • Carrosserie : 42% exercent encore une activité (4% sont ouverts à 100%, 17% ont mis en place un service d’urgence et 21% ont maintenu au minimum 1 activité dans leur entreprise).
     
  • Contrôle technique : 12,5% restent ouverts partiellement

En définitive, la profession est suffisamment mobilisée pour répondre au niveau des besoins actuels de nos concitoyens. Mais il convient sans doute d’organiser ce service réduit (identifier les professionnels disponibles, numéro d’appel …).

Les activités de vente VN/VO et les écoles de conduites subissent quant à elles une obligation légale de fermeture

 

3) Un besoin d’accompagnement pour bénéficier du Plan de soutien aux entreprises :

Les professionnels ont manifestement besoin d’être accompagnés dans cette crise sanitaire : 68% nous disent avoir connaissance de l’existence du plan de soutien mis en place par les pouvoirs publics, mais seulement 51% savent où trouver l’information qui les concerne. 70% des répondants déclarent avoir besoin d’être accompagnés pour pourvoir solliciter ces aides.

 

4) Des consignes sanitaires globalement bien observées

Au sein des entreprises ayant pu maintenir leur activité les chefs d’entreprise indiquent pourvoir mettre à disposition du personnel seulement à 34% du gel hydroalcoolique et 26% des gants de protection ; pour les autres seuls les gestes-barrières sont mis en place. La FNA s’inquiète de la disponibilité des moyens prévention dans les entreprises dans l’exercice de leurs activités.