webleads-tracker


40 millions d'automobilistes dénonce une nouvelle consultation sur les ZFE

Services

Alors que la France connait actuellement une période terrible de Coronavirus mettant à mal la santé des Français ainsi qu'une économie nationale plombée par le confinement, le ministère chargé des transports et du développement durable a décidé de lancer une consultation publique afin de renforcer les obligations de mise en place de zones à faibles émissions (ZFE).

L'association « 40 millions d'automobilistes » dénonce l'indécence d'une telle consultation visant à profiter d'une situation dramatique sur le territoire pour instaurer de nouvelles contraintes aux usagers de la route : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/20-0207_5b_nd_decretzfem_zone_depassement_recurrent.pdf

 

Une communication indécente et irrespectueuse ces derniers jours visant à pousser le Gouvernement à lancer une consultation publique

Il y a quelques jours encore, certaines associations et autres services de surveillance de la qualité de l'air n'hésitaient pas à mettre en avant une pseudo amélioration de la qualité de l'air depuis le début de la période de confinement. Au moyen de cartographie et d'indices de valeur, ils écumaient les media afin d'abreuver d'une science inexacte une théorie visant à servir leur intérêt dogmatique, la suppression de la voiture. « Par respect pour les Français qui traversent une période tragique ces derniers jours, nous avons fait le choix de ne pas réagir dans un premier temps médiatiquement à cette polémique » indique le président de l'association Daniel Quéro. « Comment oser parler d'amélioration de la qualité de l'air alors que les Français sont confinés à cause de la propagation d'un virus dans l'air ? » ajoute-t-il.

Poussant ainsi le Gouvernement à lancer une consultation publique portant sur l'obligation faites aux élus de mettre en place des zones de restriction de circulation, le lobby anti-voiture n'hésitait pas à manipuler les chiffres avec une honteuse indécence que nous sommes contraints de dénoncer aujourd'hui.

 

Et puis le pic de pollution...

Ce discours scandaleux a trouvé sa fin il y a quelques jours avec l'arrivée sur la France d'un pic de pollution aux particules fines inexplicable pour les partisans du « zéro voiture », laissant sans voix une opinion publique médusée par la contradiction entre « confinement » et « pic de pollution ». Après quelques jours de silence, la nouvelle cible des ONG et des organismes militants est devenue l'agriculture et le chauffage au bois... Soit des arguments souvent avancés à l'époque par notre association comme cause éminente des pics associée à une pollution importée des pays scandinaves et de l'énergie produite par les centrales à charbons de pays situés à l'est de la France comme l'Allemagne.

« L'Histoire nous donne raison aujourd'hui. Il est temps d'arrêter ce « car-bashing » systématique. La France et les Français ont besoin d'être apaisés et sera heureuse de pouvoir retrouver une mobilité à la fin de la pandémie » insiste Pierre Chasseray, délégué général de « 40 millions d'automobilistes ». « Respecter le confinement, c'est aussi respecter les Français qui n'ont pas besoin de projets de décret en catimini » dénonce-t-il.

 

La mobilité est essentielle

« 40 millions d'automobilistes » adresse un carton rouge à l'Etat pour avoir profité de cette période sanitaire dramatique pour faire passer un projet de décret indécent. 

« 40 millions d'automobilistes » appelle à la cessation de la manipulation des chiffres par des lobbys anti-autos irrespectueux des difficultés traversées par les Français aujourd'hui.

« 40 millions d'automobilistes » rappelle que, plus que jamais, la période actuelle nous rappelle à l'impérieuse nécessité de la possession d'un véhicule pour assurer les besoins essentiels.

La mobilité est essentielle, souhaitable et le retour à la mobilité de tous sera le symbole d'une liberté retrouvée et d'un bien être auquel nous devrions tous aspirer. 

 

L'appel au Président de la République

Il y a quelques mois, le Président Macron reprenait les mots du Président Pompidou et demandait à ce qu'on « arrête d'emmerder les Français ». Il est à présent temps de mettre en pratique cette théorie et de mettre fin à ces projets incessants de restriction de liberté de déplacements. La France et les Français ont besoin de retrouver du bonheur, de l'apaisement, de la liberté, du plaisir, de la vie sociale. La voiture sera ce trait d'union.