webleads-tracker


Tricherie VW: investissements maintenus en Espagne

Constructeurs

Le constructeur automobile allemand Volkswagen a garanti à l'Espagne qu'il maintiendrait son projet d'investissement dans ce pays, de 4,2 milliards d'euros sur cinq ans, a annoncé vendredi le ministre espagnol de l'Industrie Jose Manuel Soria, non sans susciter des réserves syndicales.

Voir toutes les infos concernant l'affaire VW

Le ministre a annoncé à la radio privée Cope avoir eu une réunion jeudi avec le nouveau président du Conseil de surveillance Hans Dieter Pötsch. "Il a garanti que le programme d'investissemnts prévu en Espagne est maintenu", a-t-il déclaré.

"Ils doivent encore informer certains comités internes (de ces décisions) mais la garantie du maintien de ce programme est là", a-t-il insisté avant de réiterer ces propos lors d'une conférence de presse à l'issue du conseil des ministres.

Volkswagen a annoncé un plan d'investissement quinquennal d'une valeur de 4,2 milliards d'euros en Espagne, jusqu'en 2019, dont 3,2 pour son usine Seat dans la banlieue de Barcelone (nord-est) et un milliard en Navarre (nord).

Mais les inquiétudes sont grandissantes en Espagne alors que le scandale des logiciels antipollution truqués dont ont été équipés onze millions de véhicules fabriqués par le géant allemand s'amplifie, entraînant notamment des frais énormes de rappel pour le constructeur.

Vendredi, un porte-parole de la marque espagnole Seat, appartenant à Volkswagen, a refusé de commenter les informations sur un maintien supposé des investissements.

Le président du comité d'entreprise a assuré de son côté que les "mots du ministre n'ont été confirmés ni par Seat ni par le groupe Volkswagen".

"Nous avons eu aujourd'hui une réunion avec Seat et en Allemagne avec Volkswagen. Ils ont confirmé la réunion (du ministre) mais n'ont pas repris à leur compte les affirmations du ministre, a encore déclaré Matías Carnero, soulignant en outre que les investissements dépendraient des aides et subventions accordés au groupe par l'Etat et les régions.

Le fabricant allemand a déjà annoncé qu'il provisionnait 6,5 milliard d'euros pour assumer ces coûts mais des analystes de DZ Bank estiment qu'ils seront encore supérieurs.

Le scandale mondial a fait perdre à Volkswagen plus de 40% de sa valeur boursière, et son patron, Martin Winterkorn, a démissionné.

"Les conséquences financières et commerciales sont aujourd'hui encore impossibles à prévoir. C'est pourquoi nous allons une nouvelle fois passer en revue tous les investissements prévus", a déclaré Matthias Müller, son nouveau patron, mardi.

Seat est l'un des piliers du secteur industriel en Espagne et contribue à hauteur de 1% au PIB national, selon Volkswagen.

Le groupe, qui fabrique 12 marques, dispose d'une trentaine de sites de production dans le monde. Il emploie près de 22.000 travailleurs en Espagne, sur quelque 550.000 au niveau mondial.

ds-dbh/mck/

© 2015AFP