webleads-tracker


Nissan dépasse les attentes au 1er trimestre

Constructeurs

Le constructeur d'automobiles japonais Nissan a publié mercredi des résultats en forte hausse au premier trimestre, à la faveur de ventes dynamiques en Amérique du Nord et en Europe, mais reste vigilant face aux turbulences en Chine.

Entre le 1er avril et le 30 juin 2015, le bénéfice net du partenaire du français Renault s'est élevé de 36%, à 152,8 milliards de yens (1,1 milliard d'euros), pour un chiffre d'affaires qui a augmenté de 17,6%, à 2.900 milliards de yens (21,6 milliards d'euros). Autant de chiffres supérieurs aux attentes des analystes.

Le bénéfice d'exploitation a lui aussi bondi (+58%), à 193,7 milliards de yens (1,4 milliard d'euros), dopé par l'affaiblissement du yen face au dollar. Quand le billet vert s'élève d'un yen sur un an, Nissan voit ses profits grimper de 11 milliards de yens, a indiqué Joji Tagawa, vice-président du groupe, lors d'une conférence de presse, tout en déplorant l'impact négatif de la dépréciation du rouble en Russie et du baht en Thaïlande.

Le PDG du groupe, Carlos Ghosn, avait auparavant salué dans un communiqué "des résultats financiers solides". "Etant donné notre offensive continue, les bénéfices de notre alliance (avec Renault) et la discipline mise en oeuvre pour réduire les coûts, Nissan est en piste pour atteindre ses projections annuelles", a-t-il estimé.

La firme de Yokohama (région de Tokyo) a écoulé 1,29 million de véhicules dans le monde (+4,4%), sur les trois premiers mois de son exercice, progressant plus vite que ses rivaux, pour une part de marché de 5,9%, alors qu'elle vise 8% d'ici à 2017.

A l'image du premier constructeur nippon Toyota, Nissan a continué à souffrir au Japon, qui se relève doucement d'une hausse de la taxe sur la consommation en avril 2014: ses ventes en volume y ont chuté de 10%.

Sa performance a été meilleure à l'étranger, en particulier aux Etats-Unis, où son crossover Rogue est très prisé, et en Europe, malgré le marasme économique en Russie qui a frappé ses ventes de plein fouet. Nissan y a pris, de concert avec Renault, le contrôle du numéro un Avtovaz, constructeur des Lada, à la mi-2014.

- 'Jusqu'ici tout va bien' -

Le constructeur a en revanche résisté au ralentissement en Chine, où il a affiché une progression de 11,3% sur la période et entend remplir son objectif annuel.

Mais, a prévenu le chef des opérations dans ce pays, Jun Seki, "la compétition s'intensifie et la situation s'est dégradée en juillet dans l'industrie".

"Si la demande en Chine s'avère plus faible que prévu, cela pourrait semer le trouble" pour Nissan qui a beaucoup misé sur le premier marché automobile mondial, prévient Hans Greimel, analyste d'Automotive News basé à Tokyo. Le géant allemand Volkswagen, très implanté dans le pays, a ainsi été contraint d'abaisser mercredi ses prévisions de ventes pour l'année 2015.

"Jusqu'ici tout va bien", mais sait-on jamais, a résumé M. Tagawa, estimant qu'il était trop tôt pour réviser positivement des projections jugées timides.

Sur l'ensemble de l'exercice, les recettes sont attendues en hausse de 6,4%, à 12.100 milliards de yens (93,1 milliards d'euros au taux de change retenu par le groupe), pour 5,55 millions de voitures vendues grâce au lancement de nouveaux modèles comme le pick-up Titan aux Etats-Unis ou la berline Lannia en Chine.

Le bénéfice d'exploitation devrait quant à lui gagner 14,5%, à 675 milliards de yens, et le profit net 6%, à 485 milliards de yens (3,7 milliards d'euros).

Nissan est le premier constructeur japonais à dévoiler ses résultats trimestriels. Il sera suivi de Mitsubishi Motors jeudi, quelques jours après l'annonce de l'arrêt de sa production aux Etats-Unis, et de Honda vendredi, avec une attention particulière portée à l'impact des millions de rappels de voitures à cause des airbags défectueux de son compatriote Takata.

La semaine prochaine, ce sera au tour de Toyota, alors que le numéro un mondial des ventes automobiles a été détrôné par Volkswagen au premier semestre.

anb/uh/jra

© 2015AFP