webleads-tracker


Les loueurs demandent des aides pour électrifier leurs flottes

Services

Les loueurs de voitures ont proposé mardi à l'État de mettre en place un "chèque location électrique" pour les aider à électrifier leurs flottes. Ce chèque de location d'un véhicule électrique ou hybride, exonéré de charges sociales, "permettrait à de nombreux Français d'essayer le véhicule électrique et de l'adopter", ont indiqué les loueurs lors d'une conférence du Conseil national des professions automobiles (CNPA).

À l'image des particuliers, les loueurs de courte durée ont accéléré leurs achats de véhicules à plus faibles émissions en 2020 : la part de véhicules hybrides au sein des flottes s'élève désormais à environ 22%, et la part d'électriques à 4%.

"On n'a pas encore trouvé le moyen de rendre la location d'un véhicule électrique complètement rentable", a souligné Jean-Philippe Doyen, président de Sixt pour la France et l'Italie, et président de la branche au CNPA.

"Nos clients sont en grande partie des itinérants qui rencontrent un certain nombre de freins à l'usage. (...) Et les gares et les aéroports sont encore notoirement sous-équipées en bornes", a poursuivi M. Doyen.

Les loueurs demandent également que la France accélère le déploiement des bornes de recharge, et qu'ils entrent dans les critères pour bénéficier d'aides à l'installation des bornes.

La filière, qui achète 200.000 voitures neuves chaque année en France, soit 12% du marché, souhaite aussi le rétablissement d'un bonus à l'achat pour les entreprises de 5.000 euros par voiture.

"La location de courte durée est souvent la grande absente des politiques de mobilité, qui encouragent plutôt l'achat de véhicules propres", regrettent les professionnels.

tsz/mla/bt

© 2021AFP